Du constat général, le développement économique des pays africains est à la traîne après des décennies d’indépendance et d’essai. Pourtant, on a appliqué des modèles et idéologies de développement. La question est de savoir si la situation que vit l’Afrique est un problème d’inadaptation de ces modèles et idéologies au contexte propre du continent ou si c’est plutôt ailleurs qu’il faut chercher les vraies raisons des échecs. La réponse à cette problématique du développement de l’Afrique n’est pas aisée compte tenu de la complexité du processus de développement. L’importance de bien cerner la source de la misère africaine est alors très bienvenue dans l’approche de la vraie solution.

Ce livre fait une analyse systémique et approfondie des vrais maux qui minent l’essor des pays africains. Apres une revue de littérature sur le développement de l’Afrique et les dérapages professionnels des cadres africains, l’importance de la ressource humaine et du savoir dans le processus de développement de l’Afrique a été démontrée. L’analyse approfondie a porté sur les carences des systèmes éducatifs, le manque de réflexion, les problèmes d’intelligence et de créativité, la recherche scientifique, le négativisme, le bûching, la corruption, la gestion des ressources naturelles africaines, la procréation, la sorcellerie, la politique, le syndicalisme, l’ignorance, la mentalité africaine, la responsabilisation et la conscientisation des africains, les intoxications des puissances étrangères, la fuite des cerveaux, etc. Des exemples d’élites dont l’Afrique a besoin ont été dressés.

En effet, l’Afrique souffre d’une crise intellectuelle, démographique et spirituelle. L’Afrique sombre non seulement à cause de la mauvaise gestion et gouvernance de ces intellectuels, mais aussi à cause des actions diaboliques sur ce continent. Depuis la famille jusqu’au sommet de l’état, l’Africain a encore de grands défis à relever. Beaucoup d’Africains ont peur de réfléchir ou ne veulent pas réfléchir; beaucoup ont peur de parler ou ne veulent ou ne peuvent parler ; beaucoup ont peur d’agir ou ne veulent pas agir; beaucoup de dirigeants sont des tarés et/ou ne veulent pas apprendre; beaucoup ont la connaissance mais ne veulent ou ne peuvent pas appliquer leur savoir; beaucoup de religieux sont tellement accrochés à des visions étriquées qu’ils ont oublié la gestion de la cité, la politique. Au-delà de tous, plusieurs intellectuels sont « bloqués ». Quand on sent que quelqu’un veut devenir quelque chose, on l’Elimine ou on le Rejette. Beaucoup de compétences sont bafouées; les cerveaux sont peu promus et peu écoutés. Pendant que plusieurs politiciens sont peu techniques, maints techniciens avérés ne veulent pas se mêler à la politique.

Quand les dictateurs vont au pouvoir, ils font ce qu’ils veulent ; quand les politiciens sont au pouvoir ils écoutent peu les techniciens ; quand les techniciens prennent le pouvoir, ils agissent tout comme si tout était technique. De plus, il y a un syndicalisme radical et une opposition politique qui tue l’Afrique. Beaucoup ne veulent contribuer au succès des actions n’allant qu’à leur crédit. Pire, il y a une mentalité africaine erronée qui a cloué l’Afrique et qui ne peut jamais permettre l’essor et le décollage de ce continent. Pendant que les compétents bras valides pouvant faire différence chôment à la maison, les fainéants sont promus par leurs proches à des postes très importants et sensibles. Au même moment, les frais de mission des « Grands » ont dévalisé l’Afrique du peu disponible, au détriment des pauvres « innocents » paysans qui meurent sous la soleil du midi. De connivence avec les puissances étrangères et les politiciens, les cadres Africains ont mis l’Afrique à terre.

En outre, dans beaucoup de systèmes éducatifs, les diplômes ne sont toujours pas le symbole d’une dose de connaissance pouvant enclencher des actions positives en matière de développement. Les Africains distribuent ou ramassent beaucoup de diplômes muets. Maints diplômés prétextent et protestent avoir la connaissance alors qu’ils sont des ressources falsifiées. L’Afrique forme trop de savants, trop de perroquets ayant la tête remplie de gros mots ou grosses théories qu’on n’applique jamais, mais malheureusement peu productifs et incapables d’agir sur les matières premières pour leur ajouter de valeur. Ceux qui font exception à la règle sont peu. Pendant ce temps, la procréation anarchique multiplie la misère et les autres problèmes de sous-développement à des vitesses qui dépassent les efforts de résolution de ceux déjà existants. Non seulement la polygamie et la gestion du sexe paraissent une cause du sous-développement de l’Afrique, mais aussi elles constituent une vraie culture de la misère africaine.

En outre, l’intellectuel africain est sous l’influence de beaucoup de facteurs spirituels qui biaisent le résultat de ces efforts vers le développement. Malheureusement, les débats classiques sur le sous-développement de l’Afrique ont toujours ignoré la vraie dimension spirituelle du problème. Sans doute, les pays développés ont eu des atouts qui les avaient lancés. Ces pays ont eu leur siècle des lumières. De grands savants avaient pensé et contribué à mettre ces nations sur le bon chemin. Aujourd’hui, en Afrique, les cerveaux pensants ont même peur d’y rester. Il se pose en Afrique un vrai problème de coordination, de conscientisation, de responsabilisation, d’application intelligible et rationnelle des stratégies de développement par rapport aux besoins, atouts et contraintes des nations africaines.

Et pour trouver la solution durable à cette misère africaine, Roland Holou a suggéré dans son livre des reformes pertinentes et pratiques qui méritent d’être faites en vue de lancer l’Afrique dans la prospérité. Ainsi, ce livre fournit à toute personne préoccupée par le développement de l’Afrique, un outil d’information, de réflexion et de travail. Les idées avancées dans ce livre peuvent être appliquées aux autres continents, car les mêmes maux se rencontrent aussi en dehors de l’Afrique.

Dr Roland HOLOU a un doctorat en science végétales, entomologie et microbiologie. Il est un Ingénieur Agronome, Spécialiste en Aménagement et Gestion de l’Environnement (Ressources Naturelles, Génie Rural, Eaux et Forêts, Pêche et Faune). Il détient le Diplôme de Contrôleur du Développement Rural. Il est l’auteur de plusieurs livres devoués à l’Afrique. Il vit aux Etats Unis d’Amérique. Pour en savoir plus, visiter www.RolandHolou.com or email rholou@yahoo.com ou rholou@diasporaengager.com

Yam market in Benin (West Africa) in 2010. Click here to Sign up to the International Diaspora Engagement Social Media Platform at https://www.diasporaengager.com/miniRegister.
Yam market in Benin (West Africa) in 2010. Click here to Sign up to the International Diaspora Engagement Social Media Platform at https://www.diasporaengager.com/miniRegister.